KeemiaBlog et actualitésITW Hit West: Verbatim client & vision du marché

ITW Hit West: Verbatim client & vision du marché

2 décembre 2021

Pourquoi avoir choisi Keemia ?

Pourquoi j’ai choisi Keemia ? Et bien je vais vous le dire, pour un maitre mot chez moi qui est : confiance, c’est vrai que j’ai beaucoup apprécié les échanges qu’on a eu sur un projet ensemble c’est la base d’un travail dans la durée qui allait être réussi. Je l’ai bien senti comme ça.

En quoi Keemia a su répondre à votre demande de Brief ?

Et bien, Keemia, vous êtes arrivés quelque part à trouver, c’est un petit peu l’effet cendrillon, on cherche la bonne pantoufle, vous aviez dans votre catalogue qui est assez divers une réponse presque toute prête pour notre problématique, notre problématique d’image, on fait de la radio, on n’est pas toujours sur le terrain et on avait ce souhait-là effectivement, d’exister de façon un petit peu originale, et à travers votre catalogue d’options de communication terrain, vous avez trouvé la bonne réponse.

Comment Keemia a orchestré ce dispositif ?

Alors je propose que l’on parle d’un premier dispositif qui est autour des sacs à baguette de pain pour Océane FM, Océane FM qui est une radio de proximité, voulait aller au plus porche de la vie de ses auditeurs de quartier, quoi de mieux que les boulangeries. Vous avez mis en place du côté de Keemia tout un maillage de boulangerie, vraiment de proximité on n’était pas sur les grandes enseignes avec de gros trafics, on était sur quelque chose de très fin sur des agglomérations de province pas toujours faciles à travailler, d’ailleurs vous avez fait beaucoup de sourcing à ce niveau-là. Et en ce sens-là aussi ça nous permettait de savoir où on allait, sur quel terrain on allait, et donc de deviner aussi quelle quantité était nécessaire pour satisfaire toutes ces boulangeries.

Quels sont d'après vous les atouts de Keemia ?

Vous êtes super disponibles, parce qu’on est des spécialistes, nous les clients, nous les radios, pour de la dernière minute, donc déjà vous êtes très disponibles, réactifs, à l’écoute, à l’écoute d’un brief, et ça, c’est quand même important c’est à dire que vous avez beau avoir des produits à vendre dans votre catalogue, vous savez les adapter, vous savez vous adapter tant en termes de problématiques clients, qu’en termes de conditions qu’on ne maîtrise pas. Je pense notamment à notre tournée d’été vous avez fait preuve d’une superbe adaptation parce que les conditions météo n’étaient pas toujours là et vous avez su repositionner la tournée en fonction des rayons du soleil et ça c’est super pour nous.

Comment percevez-vous l’évolution de la communication locale ces dernières années ?

Il nous faut de l’intelligence, et l’intelligence ça se trouve à plusieurs, c’est pour ça qu’on est super contents de travailler avec Keemia parce que nos cerveaux côté radio essayent d’imaginer un prolongement des programmes, un prolongement des émissions, un prolongement de l’image de nos radios sur le terrain. Mais c’est vrai que les experts de la communication terrain peuvent nous renvoyer aussi leurs retours d’expérience et nous dire ce qui est bon, ce qui est dans le vrai et ce qui l’ai un petit peu moins. Parce qu’aujourd’hui qu’on habite Paris, une grande ville de province ou une petite agglomération qui sont importantes aussi pour nos radios dans tous les cas on est quand même très sollicités par des actions de marketing terrain et en ce sens-là on essaye d’être le plus élégant possible, alors qu’est-ce que veut dire l’élégance ? c’est contextuel, oui on a un message à donner, oui on cherche du retour, ça fait partie de nos KPIs mais il faut qu’on amène à certains contextes, à certains scénarios, qui soient à la fois subtiles, pas trop intrusifs pour les prospects, pour les auditeurs qu’on veut toucher, mais aussi qu’il y ai de la longue traine, c’est-à-dire que tout notre marketing qu’il soit à l’antenne, sur le digital, ou sur le terrain, repose sur de l’expérience, qu’on ait passé un bon moment avec la radio.

En tant qu’acteur de la radio est-ce naturel pour vous de compléter votre offre avec du hors média ?

Alors non seulement c’est naturel, mais c’est même primordial, primordial parce que pour la radio comme pour tous les autres secteurs loin des yeux loin du cœur, le digital est notre priorité c’est-à-dire exister sur des écrans qui sont le prolongement de la main aujourd’hui, c’est quand même assez important mais d’hors média, de la proximité voir de l’humain alors si on en plus l’humain peut tomber le masque, on espère que ça reviendra assez vite, mais ça c’est génial ! On est coutume de dire que nos radios qui sont des médias de divertissements, sont des distributeurs de sourires sur le terrain donc ne serait-ce que 30 secondes passées avec vos équipes, les équipes de Keemia qui portent les couleurs d’Hit West, d’Océane, et de nos autres radios, et bah c’est fait du bien à des auditeurs qui sont dans leur quotidiens actuellement un peu emportés par la grisaille.